Dame du Mali : une légende controversée qui déshonore la femme peule ?

Article : Dame du Mali : une légende controversée qui déshonore la femme peule ?
Crédit:
22 septembre 2020

Dame du Mali : une légende controversée qui déshonore la femme peule ?

La légende qui se cache derrière l’image de Nènè Foutah, actuelle appelation de la célèbre statue qui se dresse sur le Mont Loura appelée Dame du Mali, est inadmissible pour bon nombre d’analystes du seul régime où elle concourt, à tort, au déshonneur de la femme peule.

De la légende…

Il était une fois dans le village de Tensira, situé à 7 km de Mali Centre, une femme à la beauté exceptionnelle. Au sortir de son adolescence, les hommes du village et ceux des villages environnants, attirés par sa beauté, présentaient leurs candidatures, à tour de rôle, pour une tentative de mariage avec cette beauté hors du commun.

De rejet en rejet, elle finit par accepter la demande en mariage d’un vieux marabout. Ils se sont donc promis amour et FIDÉLITÉ car l’infidélité est le comble des péchés, la pire des trahisons dans un couple.

Après quelques temps dans la vie conjugale, un jeune séducteur fait ses avances pour le concubinage à cette belle dame. Elle n’a pas voulu répondre tout de suite car elle a promis fidélité à son mari marabout. Elle a donc promis à ce jeune séducteur d’y réfléchir d’abord sur la situation.

L’interrogation

En pleine nuit, la jeune fille réfléchit encore et encore et commence à s’interroger. La figure de l’eau et du poisson lui revient en tête. Le poisson naît dans l’eau, se dit-elle, il y grandit et y passe toute sa vie ; il s’y nourrit et s’y reproduit. Mais l’eau trahit quelques fois le poisson en servant à bouillir son fidèle ami. Pourquoi pas une femme trahir quelque fois son mari ? Elle se résolut donc à accepter la proposition du jeune homme.

Un jeudi, la jeune fille prépare un plat succulent, aussi succulent que la senteur envahit son mari. Celui-ci n’avait jamais goûté un tel mets depuis son mariage avec elle. N’étant pas dupe, il commença à réaliser les intentions de sa femme. Dans ses rêveries, la femme, comme de coutume, vient prendre la permission auprès de lui pour se rendre soi-disant chez ses parents et leur apporter le plat le lendemain. Ayant eu des doutes sur les prétentions de la femme, il refusa carrément.

Un jeudi soir, ce même jeudi, la femme décida alors d’apporter le plat à son amant, le jeune charmeur. Profitant du sommeil de son mari, elle se leva doucement de son lit et sortit de la maison par la pointe de ses pieds pour ne pas être découvert par ce dernier.

Le matin du vendredi, constatant l’absence de sa femme, furieux, le mari marabout prit la ferme résolution de punir sa femme de la plus sévère des punitions. On raconte d’ailleurs que les hommes qui ne sont pas jaloux brûleront dans les feux flambants de l’enfer.

Il fait sortir donc un vieux livre coranique, pria et écrit sur des feuilles avec le sang du caméléon puis maudit sa femme en demandant à Dieu de la transformer en objet que le monde entier verra éternellement.

Sur le chemin de retour à la maison le matin, Dieu transforma la femme en statue dressée sur le Mont Loura que le monde entier continue de contempler jusqu’à nos jours.

Et l’image de la femme dans cette légende ?

A priori, certains historiens pensent que la Dame du Mali symbolise la femme peule or ni la forme de son visage, ni le nez ne ressemble à la physionomie de la femme peule. L’histoire raconte que la première femme à qui l’on a montré  la statue s’est exclamée en ces termes <<kô bheyghou koummandant !>> comme pour dire que c’est la femme du commandant Blanc de l’époque.

Cela dit, qu’elle voyait la ressemblance de la statue à une femme blanche plutôt qu’à une femme peule. Aussi est-il que ni l’identité de la femme, ni celui de son mari ou amant ne sont connues. Sachant que les premiers habitants du Mali sont des dialonkés et que la statue est plus vieille que sa découverte et même la légende qui se cache derrière elle, peut-on osé affirmer que c’est une femme peule ? Je réponds par la négative.

On ne peut donc en aucun cas taxer la femme peule d’infidèle à cause d’une statue qui ne la ressemble même pas. Il faut donc changer la version originelle de la légende pour ne pas déshonnorer la femme peule car même la célèbre légende se contredit.

Et puis, la Dame n’est pas seule sur la montagne

Tout porte à croire que la statue est découverte en 1937 lors d’un recensement de la population par un blanc Marchoussou. Et que d’autres expéditions à la veille des années <<2000>> ont permis de découvrir une statue d’un homme appelée le <<sage>>. Pourtant la célèbre légende n’a pas prévu une place pour ce vieux dans toute son histoire. D’ailleurs toute tentative de le placer dans la légende serait superflue.

D’aucuns sont allés jusqu’à affirmer que par la suite, et ce, pour combler le vide de la légende, Dieu a transformé le jeune dragueur en pierre comme la jeune dame. Pourtant c’est l’image d’un vieux qui apparaît.

D’autres disent que c’est le marabout qui a été transformé, une autre cacophonie qui détruirait toute la légende et son bien fondée.

De la contestation de la légende

Toute la légende repose sur une jolie demoiselle qui a trahi son mari le jeudi soir et qui a été transformée le vendredi en statue suite aux invocations de son mari.. Pourtant si on analyse de plus près, on voit des incohérences à foison dans cette affaire.

Primo, l’islam est venu au Foutah Djallon aux alentours du XVIII ème siècle et la statue a existé depuis des temps mémoriaux. Donc avant l’avènement de l’islam. Comment se fait-il alors que c’est un vieux religieux, car le Coran apparaît dans cette affaire, qui a fait une prière et demander au Dieu des musulmans de transformer une dame en statue ? Gambergeons…

Secundo, sachant que les peuls sont les derniers à peupler la contrée et que la statue est plus vieille que même l’arrivée des dialonkés dans cette contrée, comment se fait-il que c’est une femme peule qui est dressée sur cette montagne ? Gambergons…

Tertio, partant de l’hypothèse que la dame n’est pas seule, la première légende ne tient donc pas.

De la réhabilitation de la Dame du Mali

Conscient des différentes erreurs que comporte la légende, les habitants de Mali ont pris la ferme résolution de réhabiliter la Dame du Mali qui s’appelerait depuis l’aube des années 2000 Nènè Foutah qui signifie littéralement Mère du Foutah. Même sans nouvelle légende, on peut s’en tenir alors à la conclusion que la Dame et le Vieux font face à l’est pour implorer Allah de bénir éternellement le Mali, le Foutah Djallon, la Guinée voire le monde entier.

Partagez

Commentaires

Bah
Répondre

Merci pour ce délai si important et logique.

Abdoul Baldé
Répondre

Je vous en prie.

Diallo thierno Mamadou
Répondre

Super cool mon frère

Abdoul Baldé
Répondre

Merci beaucoup

Diallo
Répondre

Trop cool moi aussi on ma raconter autre version de l'histoire de la dame du Mali, franchement Dieu seul sait pour quoi la Dame de Mali a cette forme humaine.

Abdoul Baldé
Répondre

Ah bon ! Donc une autre version existe.